Habitat coopératif, un état d’esprit uruguayen !

Étudiants aux Beaux-arts et à l’École d’architecture de Toulouse, Leslie et Philippe Gonçalves débutent en 2000 leur recherche sur l’habitat coopératif populaire en Amérique Latine. Ils relatent trente-six heures de rencontres professionnelles renversantes en Uruguay.

Montevideo, où Leslie et Philippe Gonçalves explorent l'habitat coopératif en Uruguay

Montevideo, où Leslie et Philippe Gonçalves explorent l’habitat coopératif en Uruguay

Un journée et demi pour découvrir le logement et l’habitat coopératif

En milieu d’après-midi, nous foulons les rues de Montevideo, capitale d’Uruguay. Nous ne disposons que d’une journée et demie pour espérer visiter une opération de logement coopératif. Par où commencer ?

Dans la large rue qui mène au port, à la recherche d’un cyberca­fé, nous interrogeons le premier passant, un bel homme en costume blanc, cheveux mi- longs. Nous échangeons en « portugnol » et très vite, apprenons à notre grand étonnement qu’il est architecte, atta­ché au ministère de l’habitat uruguayen. Il comprend notre requête et appelle sans nous consulter un taxi.

Nous traversons Montevideo, une ville, à nos yeux, dépassée, affichant des couleurs, des vitrines et des modes vestimentaires tels que nous les avions en France une décennie plus tôt. Le taxi s’arrête devant la Federacion Uruguaya de Cooperativas de Vivienda por Ayuda Mutua (FUCVAM). Là, devant un rassemblement de coopérateurs, notre guide nous fait monter à bord d’un bus et nous confie à un petit homme d’une soixantaine d’années, aux cheveux clairsemés, aux lunettes et ventre ronds.

Vers la plus grande opération de logement coopératif d’Urugay

Le bus nous emporte hors de Montevideo.
Nous ne savons pas où nous allons.
Le voyage dure.

Nous arrivons enfin sur un immense chantier ! Nous sommes sur la plus grande opération de logement coopératif d’Uruguay, destinée à accueillir, autour d’une salle des fêtes commune, 650 familles !

Projet d'habitat coopératif photographié en 2000, en Uruguay.

Grand projet d’habitat coopératif à Montevideo, photographié en 2000, réalisé en auto-finition par les habitants (revêtement de façades et second-œuvre)

Un casque vissé sur la tête, nous explorons le projet de construction avec l’ingénieur. Les terrassements et le gros œuvre sont réalisés par des entreprises mais ce sont les futurs habitants qui effectuent le second œuvre et les travaux de finition.

Hommes et femmes se relaient pour faire avancer l’énorme chantier. C’est par tirage au sort qu’ils sauront quel habitat leur est attribué.

Une considération inespérée pour deux architectes encore étudiants

Le lendemain, de retour à la FUCVAM, nous sommes ébahis de nous voir attendus par le directeur de la fédération. Il nous offre plusieurs ouvrages d’opérations majeures (logement intermédiaire, logement collectif). En sa compagnie,  nous visitons cinq opérations diverses. Ce fut une considération inespérée pour deux étudiants français !

Projets de logements et habitats collectifs de la FUCVAM de Montevideo, visités en 2000

Projets de logements et habitats collectifs de la FUCVAM de Montevideo, visités en 2000

Tout au long de ces trente-six heures, nous avons rencontré des Uruguayens stupéfiants, disposés à transmettre leur savoir à de jeunes architectes qui allaient bientôt repartir de l’autre côté de l’océan.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedIn
×
MENU