La place du vélo dans les logements collectifs – L’exemple Wood’Art à Toulouse

Le vélo trouve une place toute particulière dans le projet Wood’Art – La Canopée (Un ensemble de 15000 m2 à 76% de bois, dont une tour R+10 dans l’écoquartier La Cartoucherie, à Toulouse) développé par les architectes Dietrich|Untertrifaller Architectes et Seuil architecture. L’incitation douce à adopter de nouveaux modes de déplacement concrétise les travaux de Seuil lab.
Zoom sur ce que le projet Wood’Art embarque des convictions de Seuil lab en la matière.

Une volonté publique

Une pratique du vélo à encourager

« Il est important d’apporter aux cyclistes un ensemble de « services » spécifiques (ateliers de réparation, carte unique «déplacements et services», stations-services vélo…), de communiquer sur les équipements et services existants, et de sensibiliser le jeune public et les actifs à la sécurité routière ».
Extrait du PDU Toulouse 2017 – page 86

L’écoquartier La Cartoucherie rentre dans le cadre du PDU de Toulouse qui souhaite rationaliser l’utilisation de la voiture et soutient l’émergence des modes de déplacements alternatifs (marche à pied, vélo, roller…).Avec l’assistance électrique, le vélo n’est plus un frein et les citadins découvrent le plaisir d’une transition moins stressante entre l’habitat et le travail. Et les cyclistes sont effectivement de plus en plus nombreux compte tenu de l’engorgement du trafic journalier. Les tracés de pistes cyclables jalonnent désormais un nombre grandissant de rues de Toulouse, apportant plus de sécurité.

Le vélo, de la porte de l’appartement à la porte de la ville

Nous avons cherché à faire aboutir notre réflexion pour faciliter le recours au déplacement en vélo depuis les logements Wood’art. Cela implique :

  • accéder à son vélo rapidement,
  • circuler avec son vélo dans les parties communes sans avoir à le manipuler de manière contraignante,
  • sécuriser son vélo,
  • pouvoir faire les réparations ou entretiens de base,
  • limiter le portage des charges entre le porte-bagage et le logement.

Des solutions architecturales peuvent apporter une réelle plus-value aux habitants par rapport à des immeubles standards.

Ces idées ont trouvé un écho favorable chez Icade, promoteur du projet, qui avec toute l’équipe de conception, a approuvé l’idée de proposer aux futurs habitants de disposer de leurs vélos au plus près de leur logement.

 

Des coursives extérieures accessibles en vélo

    

Nous avons imaginé de larges coursives couvertes comprenant les aires de stationnement pour les deux-roues non motorisés. Abritées et animées, ces traversées plantées apportent une qualité lumineuse et des points de vue sur l’écoquartier et les jardins de Wood’Art. Elargies pour accueillir les aires de stationnement de vélos, elles favorisent les échanges de paliers

Les vélos ne sont plus regroupés dans d’immenses locaux impersonnels, peu pratiques et sous-occupés, mais stationnés aux portes du logement pour être immédiatement récupérés.

Pour accompagner ce dispositif, nous avons prévu de grands ascenseurs adaptés.

   

Une aire de service dédiée aux vélos

Au rez-de-jardin (R+1), une petite aire est prévue dans le projet pour permettre aux cyclistes de gonfler leur vélo, resserrer les freins, réparer un pneu…

Une charte de bonne entente sera suggérée au sein des copropriétés pour favoriser la gouvernance de cet espace partagé, selon les règles du vivre ensemble entendues entre habitants.

 

Un vol de deux-roues toutes les 8 minutes en France

En France, chaque année, plus de 400 000 vélos sont volés.
Ce fléau est l’un des premiers freins à la pratique régulière du vélo. Pire, il décourage chaque année, près de 80 000 cyclistes selon la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB).
Une place choisie et dédiée dans le bâtiment aux vélos participe à la prévention des infractions.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedIn
×
MENU