Les cinq valeurs fondatrices de l‘usine Aerem

Le challenge d’Aerem ? Que chaque euro investi dans cette usine (5 M€ HT) le soit de manière juste et évolutive. Retour sur l’histoire de sa co- et écoconstruction autour de cinq valeurs fondamentales.

La SCOP Aerem conçoit et réalise des solutions mécaniques pour les secteurs aéronautique, défense, spatial, transport et pharmaceutique. En janvier 2019, elle a pris possession à Pujaudran (32) de son usine à énergie positive de 3700 m², destinée à accueillir 80 personnes.

Sa co-construction a nécessité quatre années autour d’acteurs particulièrement engagés (salariés associés, Seuil architecture, Ematopie, Soconer, Itud, Emacoustic, SOAB, 24 entreprises, Batimap, Carsat, Dekra, Région Occitanie, Ademe…), tous fédérés pour ce bâtiment exemplaire dont la conception repose sur cinq valeurs clés.

Chez Seuil architecture, nous pensons que plus de bâtiments de ce type, uniques et exceptionnels, devraient voir le jour, contribuant par le travail collectif et les expériences positives qu’ils engendrent, à donner du sens à l’acte de construire.

1 L’espace

Chaque mètre carré compte dans un outil de production. Ici, pas question de proposer la classique charpente métallique de bâtiment industriel dont les poteaux empiéteraient trop sur les circulations et risqueraient d’engendrer des surfaces perdues, sources de poussière et stockage intempestif.

L’intelligence collective des acteurs du projet a débouché sur une charpente métallique porteuse des planchers béton dont le squelette métallique s’efface jusqu’à disparaître parfois. Rendu possible par l’implication des entreprises THBI et DL Garonne, aucun obstacle structurel ne contraint l’espace, conférant fluidité et sécurité aux mouvements dans les ateliers.

Dans de tels volumes épurés, piéger le son est une priorité absolue. Pour cela, les ponts sont posés sur des résilients acoustiques, la charpente métallique et les voiles bétons sont désolidarisées et encoffrées autour d’un isolant minéral, le plafond industriel et la partie haute des murs sont perforés pour absorber les bruits. Des caissons et baffles acoustiques renforcent le traitement sonore des bureaux et des espaces de vie.

2 La contribution de tous

Le postulat du projet ? Apporter une solution aux difficultés du bâtiment initial et améliorer le bien-être au travail.

Aerem a constitué un comité de pilotage associant administration, direction, production et bureau d’études, pour formaliser les contraintes et les besoins de chacun. C’est la première étape de co-conception, essentielle à la recherche de performance de l’outil de production.

Il en est résulté des bureaux placés au cœur de l’usine, en interface directe avec les ateliers, de sorte que l’outil de production relève de la responsabilité de tous, reléguant aux oubliettes la fracture cols bleus / cols blancs induite par les bâtiments industriels traditionnels qui séparent ateliers et bureaux.

Ici, les bureaux sont des open spaces où l’on travaille ensemble et où l’on peut se concentrer. Eclairés et ventilés par trois patios, ils sont largement vitrés sur les ateliers, les relations visuelles facilitant la communication entre les équipes dans un environnement homogène fait de dallage industriel en quartz, de revêtements muraux en bois, de couleurs sobres et de lumière naturelle.

 

Deux ateliers participatifs, réunissant les cinquante salariés associés, organisés avec la maîtrise d’œuvre, ont complété la démarche de co-construction. Le premier atelier, en phase d’étudeset dédié aux questions de process techniques, de flux administratifs et de vivre ensemble, a permis de solutionner des points bloquants et de valider les plans et les pièces écrites de détails. Le second atelier, pendant les travaux, a eu pour vocation de faciliter l’appropriation des lieux par leurs futurs occupants et d’anticiper les besoins liés au déménagement de l’activité.

3 La relation client

Aerem a exprimé deux exigences fortes en amont du travail architectural : la prise en compte du secret industriel couplée à une demande de lisibilité du processus de fabrication pour ses clients.

La réponse est un parcours dédié aux clients, au cœur de l’usine, au-dessus des bureaux. Comme le font les restaurants étoilés ouverts sur leurs cuisines, Aerem donne à voir le circuit de fabrication de leurs pièces : chaudronnerie, grand usinage, usinage, ajustage, montage, contrôle qualité, cabine de peinture, four… La signalétique didactique rend compte de « l’art d’usiner » et du savoir-faire d’Aerem.

La SCOP fait ainsi de son usine la vitrine remarquable de ses valeurs d’entreprise (coopérative, écologie, expertise, transparence) et de son expertise, jusqu’aux escaliers, portails, garde-corps et mobiliers extérieurs, co-dessinés et réalisés en interne.

4 Le développement durable et écologique

Revendiquant, de par son statut de SCOP, une vision à long terme, Aerem a souhaité un bâtiment qui s’adapte dans le temps et dont le cycle de vie est maîtrisé, jusqu’à son démontage.

Ainsi, l’enveloppe de l’usine est en caissons de bois remplis de paille (cultivée à 30 kilomètres) offrant des caractéristiques écologiques et thermiques exceptionnelles (R proche de 7 et la plus faible énergie grise de tous les isolants), pour un coût de revient similaire à une solution conventionnelle. Les performances de ce matériau écologique reposent sur la qualité du travail des entreprises, en premier lieu Batimap, agriculteur bio qui a fourni 3000 bottes de pailles conformes (37x47x120 cm, humidité < 20%, densité, déformation < 10%), Pyrénées Charpente qui les a intégré aux caissons bois fabriqués sur mesure, sans oublier Seuil architecture qui, pour permettre l’assurance du bâtiment, s’est formé aux règles professionnelles de la construction paille. Les voiles béton apportent l’inertie et limitent les surchauffes estivales, en plus des vélums sur les patios, des protections solaires devant les baies vitrées et de la surventilation nocturne.

Seuil architecture et son maître d'ouvrage rendent visite à Pyrénées Charpentes pour valider l'application des règles de construction en paille

Seuil architecture et son maître d’ouvrage rendent visite à Pyrénées Charpentes pour valider l’application des règles de construction en paille

Concevoir à long terme, c’est aussi rendre le bâtiment autonome. L’usine est chauffée et rafraîchie par géothermie. 23 forages verticaux libèrent une température de 14°C via des dalles actives. Le plancher porteur des voiles a bénéficié de l’intelligence collective et de la parfaite coordination des entreprises THBI, MC2F, Agtherm et BIG, dans un planning très coordonné et contraint. Les panneaux photovoltaïques apportent le niveau positif du bâtiment.

La recherche de solutions innovantes, écologiques et/ou frugales a concerné toutes les composantes de l’usine : réduction et valorisation des déchets, prévention des risques sanitaires (torches aspirantes des fumées de soudures, brouillards d’huiles), gestion de l’eau (eau puisée pour les sanitaires), peinture à faible COV, revêtements de sol limité (carrelage dans les vestiaires uniquement), baffles acoustiques issues de jeans recyclés, mobilier bois, limitation des zones de parking perméables (40 places sur terre pierre), plantations d’arbres à hautes tiges…

5 Le bien-être au travail

La déclivité du terrain de 4,5 m n’a pas été compensée par l’apport de terre – comme sur les lots voisins – mais par un rez-de-jardin voué au collectif : une cuisine, un réfectoire, un coin salon, un local CE, une salle de repos / infirmerie et des vestiaires. La pièce de vie s’ouvre sur une grande terrasse en bois, protégée par une pergola face au verger et au terrain de pétanque. Ce niveau cultive les espaces favorables au bien-être au travail et à la cohésion d’équipe. Les entreprises de second œuvre, par le travail de cloisonnement, menuiseries, signalétique, mobilier et traitement des détails, ont participé à la qualité de ces espaces.

Merci aux équipes d’Aerem, qui par leur confiance, leur respect et la qualité de leur écoute ont rendu ce projet possible.

Panneau de chantier

Maître d’ouvrage : AEREM

AMO : Ematopie

Architecte : Seuil architecture – Leslie et Philippe Gonçalves

BET Fluide : Soconer + ITUD

BET Acoustique : Emacoustic

Type de marché : Privé

Montant des travaux : 5 000 000€ HT

Surface : 3 700 m²

Retrouvez la présentation du bâtiment écoresponsable Aerem dans nos pages Projets.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedIn
×
MENU