SEUIL NEWS

19 octobre 2021

Conférence de presse : Deux nouveaux pôles d’activité pour Seuil architecture !

Le dernier rapport du GIEC (AR6) est sans équivoque, c’est « l’influence humaine (qui) a réchauffé la planète, les océans et les terres » ! 

Nous savons que nous n’avons plus aucune excuse pour ne pas agir, et les architectes ont un rôle à jouer dans la transition écologique et sociale. Pour atteindre cet objectif nous avons réinventé notre métier en imaginant un écosystème dédié à cette vision. C’est donc au travers d’une société d’architecture, d’ingénierie et de promotion immobilière que nous appliquons nos actions pour faire évoluer ce monde. De nos années passées à concevoir de manière écoresponsable les habitats, les bâtiments publics, les usines, les quartiers qui composent nos territoires, nous avons acquis une vision claire de la manière de construire les villes d’après.

 

Des bâtiments vertueux et durables

Plusieurs projets nous permettent de mettre en exergue des solutions innovantes, qui offrent des caractéristiques écologiques et thermiques exceptionnelles.

Le nouveau siège social de la société AEREM

AEREM propose des solutions à dominante mécanique pour les industries telles que l’aéronautique, le spatial et le pharmaceutique. Dotée d’une surface de 3700m², cette usine à énergie positive est destinée à accueillir près de 80 personnes. Ce projet offre des caractéristiques d’exceptions :

  • une charpente métallique porteuse des planchers béton dont le squelette métallique s’efface jusqu’à disparaître parfois. Ainsi, aucun obstacle structurel ne contraint l’espace;
  • des caissons de bois remplis de paille;
  • des panneaux photovoltaïques;
  • une solution de chauffage et de rafraichissement sur sondes géothermiques.

Une coopérative d’habitants, ABRICOOP

Seuil architecturea co-conçu l'habitat participatif de 17 famillesL’objectif a été de concevoir une architecture bioclimatique offrant de faibles consommations énergétiques, avec un niveau passif.

Réalisé en béton et bois (ossature et bardage), ce bâtiment cherche à développer de nouveaux usages et techniques de construction, pour à la fois atteindre les niveaux de performances énergétiques et limiter les coûts de construction :

 

 

  • 100 % des besoins du bâtiment en énergies renouvelables;
  • label bâtiment biosourcé;
  • niveau 5 du label « Habitat et environnement ».

L’ensemble immobilier WOOD’ART

Ce projet est réalisé dans l’écoquartier de La Cartoucherie à Toulouse. Il est constituée de 138 logements, 100 chambres d’hôtel et près de 3000 m² de commerce, le tout sur deux îlots comprenant trois bâtiments en R+10 sur un socle commun.

Cet ensemble bâti comprenant 76 % de bois en superstructure et 24 % de béton, est soumis à de nombreux labels, témoignant des objectifs ambitieux en matière de performances environnementales à atteindre :

 

  • Niveau thermique Label E+C- de niveau E3C2 ;
  • NF Habitat HQE ;
  • « Bâtiment Durable Occitanie » niveau Argent ;
  • Biosource – Niveau 1 ;
  • Label bas carbone BBCA.

L’application de notre méthode participative a démontré que les enjeux environnementaux ne pouvaient être concrétisés que si l’ensemble des acteurs s’inscrivait dans une démarche de co-construction.

 

Co-concevoir avec les futurs usagers

Pour identifier au mieux les enjeux des futurs usagers, nous coconcevons avec eux, leur futur lieu de vie ou de travail. C’est au travers d’ateliers participatifs, que les acteurs du projet coconçoivent avec implication le projet. De cette façon, les réponses apportées correspondent au mode de fonctionnement des usagers améliorant le bien-être au travail (agencement des bureaux, apport de lumière naturelle, etc.) ou au quotidien (appartement sur-mesure).

Les habitants-utilisateurs ne découvrent pas leur projet lors de la réception du bâtiment mais participent avec implication à l’identification des contraintes, risques, bénéfices et ambiances produites. Cette approche limite les frustrations et les incompréhensions, et renforce le sentiment d’avoir participé à un projet collectif où les décisions ont été prises de manières consensuelles. Les prises de risques sont communes, car elles ont été préalablement évaluées, étudiées et sont le reflet d’un projet désiré ;

L’architecte n’est pas identifié comme le responsable des malfaçons ou défauts mais comme un acteur qui a tout mis en œuvre pour répondre à un projet. Aussi, les rapports humains et les échanges sont constructifs et créent une bienveillance qui encourage à un investissement maximal de chacun, pour répondre aux diverses problématiques rencontrées. Même après la livraison, les rapports sont excellents car ils ont été établis dans une confiance mutuelle, de respect et d’entraide. Le métier exercé dans ces conditions prend une tout autre dimension et anime de nombreux moments de félicité, malgré un métier extrêmement éprouvant.

En 2019, nous créons UNA ingénierie, pour être plus agiles et proposer aux autres nos compétences internes : AMU (assistant à maîtrise d’usages), diagnostics ressources et réemploi de matériaux, connaissances des matériaux bio-sourcés et géo-sourcés, économie de la construction, suivi de chantier, OPC, BIM

 

Repenser le métier de la promotion immobilière

Nous voulons réinventer le modèle du bilan de promotion car celui-ci déséquilibre la chaine des acteurs de l’acte de construire et favorise la médiocrité. Nous imaginons une répartition plus juste entre les différents acteurs. Notre objectif est de monter la qualité de construction et d’usage pour les futurs acquéreurs, tout en restant dans les prix de vente du marché. Nous faisons le pari que cela est possible !

En 2021, nous créons LHAB réalisations, afin de proposer une nouvelle répartition des enjeux financiers entre les acteurs du bâtiment et ainsi financer des projets plus vertueux. Notre objectif est de repenser entièrement le métier de promoteur immobilier pour construire durablement, avec des matériaux locaux, bas carbone, biosourcés, géo-sourcés, à base de réemploi. Tout en nous inscrivant dans l’innovation continue au service des usagers et de l’environnement, notre but est de ne plus se contenter de limiter nos impacts mais bien de réparer nos villes et nos territoires.

Il s’agit de faciliter la régénération de la nature pour remettre en place des milieux favorables aux espèces vivantes et replacer l’homme dans un écosystème vivant, dont il fait partie. Le zéro carbone est la ligne directrice de LHAB réalisations qui va déjà au-delà la RE2020 et qui voit la réhabilitation comme l’option n°1 avant de penser à construire à nouveau.

 

 

Aujourd’hui, les communes et les maîtres d’ouvrages nous sollicitent afin que nous leur apportions une véritable alternative au modèle classique, qui bétonne sans se soucier des attentes des futurs habitants. Or, faire la ville sans aucune considération de l’impact écologique est révolue. Faire la ville sans tenir compte de l’évolution des modes d’habiter est révolu. Faire la ville sans se soucier du vivre ensemble est révolu… C’est pourquoi notre écosystème s’engage à relever ces défis.

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterPin on Pinterest

×
MENU